Les problèmes de digestion après 50 ans - Béatrice Svitone Naturopathe Vincennes
Les prises en charge naturelles contre les troubles digestifs après 50 ans. Comment aborder votre nouvelle vie,
Ménopause, Pré ménopause, troubles digestifs, constipation, RGO, reflux, ballonnements, douleurs abdominales, femme
2718
post-template-default,single,single-post,postid-2718,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Les problèmes de digestion après 50 ans

40 à 50 % des femmes en péri ou pré ménopause ont vu leur transit intestinal modifié. Ces troubles se manifestent alors que dans le passé aucun symptômes n’était diagnostiqué. Constipation, diarrhée, ballonnement, douleurs abdominales, reflux gastro-œsophagiens (RGO), pourquoi ces troubles surviennent-ils soudainement et comment y remédier.

L’un des premiers liens est bien évidemment les hormones. La baisse de production de progestérone et/ou d’œstrogène provoque chez certaines femmes des constipations comme à son inverse lors des pics de production, des diarrhées.

Un faible niveau d’œstrogènes peut aussi diminuer la production d’acide dans l’estomac, cette perte d’acidité peut provoquer des reflux gastriques et favoriser les indigestions.

La constipation peut être dû également à une baisse d’activité physique qui permet un massage abdominal ou à une mauvaise alimentation par manque de fibre et de protéines, ainsi qu’une insuffisance d’hydratation.

Un autre grand facteur de ces perturbations est le stress. Dans notre société, la ménopause est souvent mal vécue, notre culture à construit toute une dramaturgie autour de ce passage vu sous un prisme médical alors que dans d’autre culture, être ménopausée permet d’accéder à des fonctions de pouvoirs, un accroissement possible. En occident, elle est perçue comme quelque chose de négatif. C’est la fin d’une époque (en l’occurrence celle de la fertilité) et non le début de quelque chose. Tout est une question de positionnement. Cependant, cette exclusion sociale génère un taux de stress souvent inconscient, votre système nerveux devient plus sensible à toutes sortes de situation qui se produisent dans la journée pour lesquelles vous n’auriez peut-être pas porté une grande attention avant. A chacun de ces stimuli, votre système digestif se met en mode arrêt qui va perturber votre digestion à tous les niveaux, reflux, ballonnement, constipation ou troubles du sommeil.

Quels sont les différents axes d’action afin d’améliorer ce quotidien ?

D’un point de vue alimentaire la façon de manger prends réellement son importance. Mangez doucement et bien mâcher, pas devant un écran. Faites une pause de 10  minutes après manger avant de reprendre votre activité. Evitez de boire pendant le repas et consommez plus de fibres qui augmente la masse et le volume de selles ainsi que sa fréquence (légumes, fruits, céréales complètes ou semi-complètes, légumineuses, en ayant pris soin de les faire tremper la veille).
Consommez : du potassium qui lutte contre les ballonnements (avocat, banane, fruits rouges, fruits secs et les légumineuses, à éviter toutefois en cas d’hypertension ou problème cardiaque). Les huiles d’onagre, un apport quotidien d’oméga 3, le bambou, les graines de lin et le kudzu pour leur action œstrogène-like.

Le sel et l’alcool provoquent des ballonnements et de la rétention d’eau, évitez donc les plats préparés et limiter votre consommation d’alcool à un verre par jour et pas tous les jours.

L’activité physique forme un massage abdominal et lutte conte la constipation, pratiquez la marche et le yoga par exemple et pensez à une bonne hydratation, entre 1,5 L et 2 L par jour, cela rendra les selles moins dures.

Les accompagnements naturels

L’homéopathie est une thérapie très intéressante pour traiter les effets secondaires majeurs, un expert pourra agir sur l’équilibre hormonal adapté à votre terrain.

Le cycle de la mise en place totale de la ménopause évoluant avec le temps, les accompagnements devront évoluer également en fonction de l’évolution de ce cycle et adapté au terrain de chacune. Voici quelques pistes :

  • La sauge pour son action oestrogénique (à éviter s’il y a des antécédents de cancer hormonodépendant)
  • L’alchémille et le Yam, plantes progestative s’utile en pré-ménopause
  • Le Gattilier qui va freiner les œstrogènes et réguler le cycle
  • Le houblon, pour réguler les insomnies
  • L’actée grappes noires pour son action contre les bouffées de chaleur et les troubles de l’humeur.
  • Mélitot plante anti-œdémateuse, circulatoire et anti-inflammatoire efficace contre les bouffées de chaleur
  • Le Griffonia pour les troubles de l’humeur et les compulsions alimentaires
  • Valériane, Mélisse, Passiflore, Safran pour les états dépressifs, hypersensibilité, ou anxiété associée à du magnésium
  • Huile essentielle d’Ylang-Ylang contre l’irritation

Et surtout ne négligez pas votre apport en vitamine D contre l’ostéoporose. Belle nouvelle vie !

 

 

2 Comments

Poster un commentaire

RDV Cabinet & Visio - Crenolibre.fr