Béatrice Svitone Naturopathe Vincennes | articles blog naturopathie Béatrice Svitone naturopathe Vincennes
Faut il encore consommer du soja, zoom sur les bénéfices, ce qu'il faut fuir et savoir à son propos
soja, tempeh, tofu, ogm, lait végétal, miso, shoyu, tamari, natto, cancer hormodépendant, trouble thyroïdien
2982
post-template-default,single,single-post,postid-2982,single-format-standard,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-7.4,vc_responsive

Faut il consommer du soja ?

Faut il consommer du soja ?

Savez vous que 77% du soja cultivés est de la culture de soja transgénique, ce qui en fait la culture d’OGM la plus répandue au monde. Même si vous ne consommez pas de tofu, il y a de forte chance que vous le consommiez sous forme d’huile ou de lécithine qui sont présents dans 60% des aliments transformés, comme les margarines, les vinaigrettes, les gâteaux, fritures, plats cuisinés, chips etc.
Si l’on inclut l’alimentation au soja des animaux en Europe pour produire de la viande, du lait des œufs et du fromage la consommation se voit encore augmentée.

Théoriquement, les surfaces cultivées en Europe ne sont pas OGM pour le moment, mais les importations ne sont pas suffisamment contrôlées pour garantir l’alimentation animale à base de soja en Europe. Il sera néanmoins préférable de consommer le soja européen, ou labellisé bio qui garantit une agriculture respectueuse des sols.

Le bénéfice

Le soja est une légumineuse intéressante d’un point de vue nutritionnel puisqu’elle contient 40% de protéine, ce qui lui confère un bon substitut pour la viande. Toutefois étant une légumineuse n’oubliez pas de l’associer à une céréale pour un équilibre protéique optimal.
Par ailleurs le soja est composé d’une grande quantité d’acide gras monoinsaturés et poly-saturés, mais pas de cholestérol, il est une bonne source de fer, de zinc et de calcium. Pour une meilleure assimilation il est conseillé de le consommer accompagné de crudités ou fruits (vitamine C naturelle)

Le soja contient des molécules « œstrogènes like » qui miment l’action des hormones féminines, ce qui le rend intéressant en prévention des cancers hormonodépendants. A contrario il sera préférable d’en modérer la consommation dans le cas de cancer hormonodépendant. Et pour rassurer nombre d’entre vous, la consommation pour les enfants ne diminue pas les taux d’hormones sexuelles masculines 😉 il y a plus d’œstradiol dans le lait de vache si nous devions en faire la comparaison pour les plus jeunes.

A fuir

L’huile de soja que l’on trouve dans les margarines, vinaigrettes, sauces, gâteaux, et autre produits industriels (indiqué par « graisse végétale » qui serait soit de palm soit de soja) Ces huiles sont des graisses saturées à 16% et trop riche en oméga 6, 50% comparativement aux oméga 9 ce qui implique des réactions inflammatoires et l’agrégation plaquettaire (formation de caillot), il en résulte un durcissement des artères et favorise l’inflammation chronique.

Les graines de soja nécessitent toujours une cuisson, ne jamais les consommer crues, son enveloppe contient des anti-nutriments qui bloque l’assimilation des vitamines, des oligo-éléments et des protéines (par ailleurs il en est de même de toutes les légumineuses), le trempage et la cuisson à grande eau permet de dissoudre l’acide phytique, il est donc préférable de jeter l’eau de cuisson. Pour les adeptes de lait fait maison pensez à faire cuire vos graines avant d’en extraire le lait ou de réaliser votre tofu.

Les différentes formes de soja

  • Boisson végétale
  • Tofu
  • Farine de soja
  • Soja fermenté
  • Tempeh (antibiotique naturel)
  • Natto (riche en vitamine K2)
  • Miso, tamari, shoyu

Les additifs à base de soja 

E479b qui augmente la perméabilité intestinale et favorise les maladies inflammatoires

E322 (lécithine de soja) vendu également en tant que complément alimentaire, riche en choline, elle participe au bon fonctionnement du cerveau, du cœur et du foie. Plutôt intéressant a condition d’avoir une bonne traçabilité de la provenance du soja qui en découle, ce qui reste plus compliqué.

E426 présent dans les produits transformés à base de pomme de terre, nouilles asiatiques, sauces, boissons aromatisées et certaines confiseries, pas de risque potentiel à condition également de connaître la provenance du soja d’origine avant l’extraction des fibres.

Précautions en cas de :

  • Problème thyroïdien
  • Cancer hormonodépendant
  • Allergène potentiel majeur

A consommer donc sans abus et avec grande modération.

2 Comments
  • Georgiana Savuta

    25/05/2024 at 14:51 Répondre

    Très interessant et utile cet article, merci Beatrice!

    • Béatrice Svitone– Naturopathe

      25/05/2024 at 15:26 Répondre

      Avec plaisir Georgiana 🙏

Post a Comment

RDV Cabinet & Visio - Crenolibre.fr