L’arrêt du tabac OUI mais stop à la culpabilité !! - Béatrice Svitone Naturopathe
1922
post-template-default,single,single-post,postid-1922,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

L’arrêt du tabac OUI mais stop à la culpabilité !!

L’arrêt du tabac OUI mais stop à la culpabilité !!

Au risque de m’attirer les foudres dans cet article il me semble important de remettre les choses au point et ce n’est pas par la culpabilité que l’on va aider les gens à s’arrêter de fumer, alors soyons un peu plus honnête et regardons les choses dans le bon sens.

À force de faire culpabiliser les gens sur leur consommation de tabac et avec une telle agressivité, façon méthode Coué par l’envoi de message négatif, en vous répétant que si vous fumez vous allez vers un cancer, vous allez mourir etc…. et pour pousser plus loin, on y a ajouté un visuel choc afin de bien envoyer à vos cellules le message d’autodestruction !! 

Le tabac est aujourd’hui le bouc émissaire, mais pourtant la pollution atmosphérique ne dérange pas plus que ça, alors que les particules fines qui envahissent l’atmosphère favorisent les cancers des voies respiratoires. Une récente étude commanditée par la Commission européenne, démontre qu’elles sont responsables de 600 à 1 000 décès par cancer du poumon en France et 3 000 à 5 000 décès par maladies cardio-respiratoires. Mais le tabac est une explication beaucoup plus commode.

Les barbecues on n’en parle pas non plus, alors que 2 heures de barbecue au charbon équivaut entre 120 000 et 200 00 cigarettes inhalées dans une soirée.

Le cancer du poumon représente environ 30 000 nouveaux cas par an en France, sur un total de plus de 300 000 nouveaux cas de cancers… Le tabac serait donc la cause de moins d’1 cancer sur 10… Rapporté au nombre de fumeurs, le taux annuel de cancer du poumon serait donc de 0,15%, soit 1,5 pour mille. 

Mais que se cache-t-il aussi derrière le tabac ?

Échanger une cigarette est un moment de partage, de convivialité. Fumer pose, met en état de méditation, en situation de penser… Chez les Indiens, on se soigne aussi grâce à lui, en Europe, ce sont les vertus curatives du tabac qui ont en premier attiré l’attention, la reine Catherine de Médicis, soulageait ses migraines en prisant du tabac. Par la suite, le tabac a permis de se protéger contre les épidémies de peste.

Et oui, bizarrement le tabac a également des bienfaits, la nicotine qui est un alcaloïde, stimule le système nerveux en favorisant la production d’adrénaline, il augmente momentanément l’activité psychique, favorise la concentration et accélère l’exécution des tâches. Il soulage les schizophrènes et les personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette, il a un effet anxiolytique et antidépresseur. De nombreux fumeurs utilise le tabac comme coupe faim et contrôler leur poids, il aide également à combattre la constipation, la Nicotiana Tabacum en homéopathie est utilisée en cas de migraine, nausées, vomissement et problèmes de circulation…. Bref le tabac n’a pas que des effets négatifs, en revanche ce qui est vraiment mauvais dans la cigarette ce sont les substances que les industriels y ajoutent avec la complicité des Etats, les produits ajoutés pour favoriser l’addiction et le papier qui l’entoure. Les cigarettes contiennent de très nombreux additifs allant jusqu’à 4000 substances, la plupart des cigarettes contiennent 10% d’agent de saveur et de texture. Ce n’est pas le tabac qui est mauvais mais les fabricants de tabac qui sont des empoisonneurs. S’extraire de ce piège peut être une réelle motivation pour arrêter de fumer, en attendant qu’on nous rende notre vrai tabac 😉. Et je ne pense pas que la cigarette électronique soit une réelle solution alors que l’on ignore tout de ses effets à long terme de leur vapeur et de cette forme d’inhalation de la nicotine, alors sauf si vous avez décidé d’être le cobaye de cet El Dorado des industriels, soyons prudent !!

L’arrêt du Tabac ou de la cigarette électronique, quels sont les alternatives ?

Vous l’aurez bien compris la cigarette d’aujourd’hui nous fait plus de mal que de bien, mais si vous avez décidé d’arrêter de fumer par culpabilité et non par conviction il y a de forte chance que vous replongiez dans l’année qui suit cet arrêt.

Comme toute addiction, le sevrage si l’on veut qu’il soit efficace et durable doit se faire en douceur, tel que soit le chemin que vous aurez choisi, hypnose, sophrologie, yoga, mantras, activité physique, aimant tabac, acupuncture, homéopathie, auriculothérapie etc… comme toute drogue pour se défaire de la dépendance physique et pour nettoyer l’organisme, il est aussi indispensable de faire appel aux plantes.

En amont de l’arrêt tabac, la préparation au sevrage devra passer par différentes étapes, et la première sera de gérer votre état de stress avant d’arrêter de fumer. L’accompagnement naturopathique à l’arrêt du tabac va donc consister à préparer à la fois votre organisme au sevrage et surtout, votre mental. Lors de l’entretien thérapeutique, le naturopathe va chercher à apprendre à vous connaître pour pouvoir établir un plan d’attaque personnalisé.

La phytothérapie n’a pas encore fait l’objet d’étude validée dans le cadre du sevrage tabagique, mais elle est une thérapeutique de choix pour traiter les symptômes liés au syndrome de sevrage et aider l’organisme à se préparer et se débarrasser des toxines.

Pour reprendre la logique de cette démarche, les différentes étapes pour le sevrage sera d’abord de faire appel à des plantes détoxifiantes afin de libérer l’organisme des résidus de métaux lourds liés entre autres au tabac mais également ceux entraînant l’addiction, cette étape vous permettra d’être plus en clin à ne pas faillir dans votre élan de volonté, si l’organisme a encore des résidus, il continuera à réclamer. Pendant cette période vous pourrez commencer à diminuer votre consommation de tabac afin de préparer le sevrage.

La seconde étape sera de fournir à votre organisme les vitamines, minéraux, oligoélément, le tabac ayant puisé dans les stocks. L’alimentation aura donc un rôle important dans cette démarche, voire parfois supplémenté par des compléments alimentaires afin de faire la remise à niveau. Cela se fera au cas par cas selon les individus, votre organisme sera ainsi plus fort et plus équilibré pour lutter contre le sevrage.

Après ces préparations vous serez prêt à affronter aussi bien physiquement que mentalement le sevrage.

Les troubles les plus fréquemment associés à l’arrêt du tabac : anxiété, nervosité et troubles du sommeil peuvent être pris en charge par des plantes calmantes sans accoutumance. Chez certains, elle a même une action de dégoût du tabac.

La phytothérapie permet aussi d’agir sur des troubles souvent peu pris en compte par les autres thérapeutiques usuelles et qui apparaissent assez souvent après l’arrêt du tabac : encombrement bronchique, prise de poids, infections à répétition et problèmes de transit. Par exemple, pour l’encombrement bronchique, on conseillera une plante aux propriétés fluidifiantes des mucosités, tel que la guimauve, pour la prise de poids, le thé vert et l’Ispaghul, qui respectivement déstockent les graisses et coupent la faim, l’aromathérapie, la gemmothérapie peuvent également être des alliés et les fleurs de Bach pour le côté psycho-émotionnel. Bien des solutions sont possibles et seront adaptées à chacun.

Pour la stabilisation, le sevrage devra être accompagné et il sera nécessaire de maintenir les nouvelles habitudes alimentaires, vous pourrez ainsi commencer à réduire les plantes qui vous accompagnent. Par ailleurs, si le niveau du stress est bien accompagné et si vous n’avez plus de carences en vitamines et minéraux, les pulsions compensatrices vers l’alimentation ne se manifestent que très peu, voire pas, si les bonnes habitudes alimentaires apprises lors des étapes précédentes sont conservées, elles permettront à l’organisme de maintenir un bon niveau de vitalité et d’équilibre mais aussi, et surtout, d’éviter la prise de poids sur le long terme. Grâce aux différentes protocoles mis en place, vous devriez avoir atteint un bon équilibre psycho-émotionnel. Vous pourrez poursuivre certaines plantes sur un plus long terme si vous en ressentez le besoin.

 Toutes ces étapes, et notamment la phase préparatoire, sont essentielles pour la réussite de votre sevrage tabagique. Mais la clé de la réussite reste votre motivation. Il est important de le vouloir pour soi, ce doit être une véritable envie et non par culpabilité ou faire plaisir à quelqu’un.

Quelques mois suffisent pour arrêter de fumer dans de bonne condition et mettre toutes les chances de réussite de votre côté, parce que l’arrêt du tabac ne s’improvise pas !!

1 Comment

Poster un commentaire