Voilà de quoi éclairer la libido masculine ,-) - Béatrice Svitone Naturopathe
1887
post-template-default,single,single-post,postid-1887,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Voilà de quoi éclairer la libido masculine ,-)

Voilà de quoi éclairer la libido masculine ,-)

Au cours de mes consultations j’ai constaté que beaucoup ne connaissaient pas l’andropause et au-delà de sa signification ne connaissaient pas l’existence de ce cycle chez la gente masculine.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Ménopause pour les unes, andropause pour les autres !

L’andropause est un ensemble de symptômes physiologiques liés à la baisse de sécrétion de testostérone (l’hormone sexuelle prépondérante chez l’homme. On l’associe à la vitalité et la virilité) ainsi que d’autres hormones sexuelles chez l’homme, à partir de 45 ans. Cet état physiologique ressemble en termes de symptômes à la ménopause chez la femme mais à la différence que la reproduction reste possible.

Le terme andropause, analogue à la ménopause, est toutefois contesté car il n’existe pas réellement de cessation chez l’homme, comme celle des fonctions ovariennes chez la femme. De plus, l’andropause ne concerne pas tous les hommes mais seulement 30%. Reste encore à savoir si ces 30% prend en considération le nombre d’homme qui n’ont jamais consulté. Lorsqu’un homme constate une baisse de sa libido, le sujet reste encore à notre époque très sensible (renvoie à toute la dimension affective et sociale de l’individu) et peu, vont malheureusement consulter et préfère en éviter le sujet, contrairement aux femmes qui naturellement  se manifestent dès que les premiers symptômes de la ménopause apparaissent. À un tel point que les ¾ des gens, hommes et femmes confondus ne connaissent pas le mot andropause alors que tous connaissent celui de ménopause.

Symptômes de l’andropause

La libido n’est pas le seul symptôme, la diminution du taux de testostérone entraîne plusieurs changements graduels chez l’homme.

  • Le premier est d’ordre sexuel : baisse de la libido et difficultés à connaître et maintenir une érection. Il n’y a en revanche aucun impact sur la capacité de reproduction.
  • Ce changement s’accompagne généralement de troubles morphologiques comme une prise de poids (accumulation de la graisse viscérale),
  • une baisse du tonus musculaire ou une diminution de la pilosité.
  • L’andropause peut également causer des insomnies (qui engendrent de l’épuisement et de l’irritabilité),
  • des bouffées de chaleur,
  • des problèmes de concentration et de mémoire,
  • de l’ostéoporose,
  • une dépression et
  • des troubles de la prostate.

Comment agir ?

Selon des études, les résultats indiquent que le traitement à la testostérone convient à très peu d’hommes. La plupart du temps, d’après leurs observations, les symptômes sont plutôt reliés au vieillissement, à l’obésité ou à un autre problème de santé. En effet, de 20 % à 40 % des hommes développeraient des symptômes pouvant ressembler à ceux de l’andropause avec l’âge.

Au même titre que la ménopause, des traitements à base d’hormone de substitution existent en médicamenteux mais l’andropause à son pendant en médecine naturelle également.

Une prise en charge au naturel peut tout aussi bien accompagner les hommes au cours de cette période qui leur permettra de réduire les symptômes et apporter une meilleure qualité de vie et retrouver une vie sexuelle épanouie.

Les pistes

Bien entendu, les traitements seront adaptés à tout à chacun, certains traitements seront plus favorables que d’autre selon votre terrain. Mais point essentiel pour tous, pour soigner l’andropause c’est de ; choisir de bonne graisse, consommer plus de fruits, légumes et fibres, limiter la consommation de sucre et produits raffinés, éviter l’alcool, pratiquer une activité physique et limiter le stress.

Phytothérapie

La nature nous offre des plantes ciblées notamment liés au désir sexuel,  une consultation auprès d’un naturopathe vous permettra d’adapter et d’ajuster le choix des traitements et leur posologie selon votre profil

Dans l’alimentation sous toutes ses formesSans oublier la soupe d’ortie qui a des vertus exceptionnelles pour un plein de testostérone.

  • Maca (Lepidium Meyenii)
  • Ginseng (Zingiber officinale)

À utiliser par cures de trois à six semaines en tisanes, teintures mères, poudre, extraits fluides, gélules…

  • La berce spondyle (Heracleum sphondylium), 
  • laCroix-de-Malte  Tribulus terrestris (le viagra végétal).
  • Damiana (Turnera diffusa)
  • Sariette des montagnes (Satureja montana)
  • L’Eurycoma longifolia, ou Tongkat Ali augmente aussi nettement la testostérone libre
  • Gomphrena
  • Guarana

Utiliser les phytohormones (huile de lin, de périlla, soja, igname sauvage…) lors d’une baisse de libido d’origine hormonale, diagnostiquée suite à des analyses.

Aromathérapie

Les huiles essentielles peuvent agir à plusieurs niveaux chez les hommes atteints d’andropause. En les choisissant bien, on peut agir aussi bien au niveau hormonal qu’au niveau de la stimulation de la libido. Et selon ses préférences, on peut les utiliser par voie interne, en massages ou en diffusion. Attention certaines huiles ne doivent pas être employées en cas de cancer ou de traitement antihormonal.

  • HE Cabreuva, (Myrocarpus fastigiatus) utilisé en onction du bas ventre et intérieur des cuisses

En massage du dos (partie basse, fesses comprises) le soir au coucher mélanger :

  • (HV) comme base d’huile de massage (sésame, noisette)
  • HE de cèdre,
  • HE  bergamote ou d’Ylang-Ylang
  • 6 gouttes de HV pour 10 gouttes de HE max.

Des synergies d’huile essentielle peuvent également être réalisées en pharmacie sous forme de gélules gastro-résistantes.

Les aphrodisiaques

  • HE Bois de Siam (Fokienia hodginsii)
  • HE de sariette 1 goutte mélangée à une huile végétale ou Aloe Vera dans le bas du dos
  • HE de katrafay (Cedrelopsis grevei)

Gemmothérapie

  • Macérat de bourgeon de chêne
Pas de commentaire

Poster un commentaire