De la nanoparticule dans notre quotidien - Béatrice Svitone Naturopathe
1874
post-template-default,single,single-post,postid-1874,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

De la nanoparticule dans notre quotidien

De la nanoparticule dans notre quotidien

Qu’est-ce qu’une nanoparticule ?

Une nanoparticule est une particule ultra fine puisqu’il s’agit d’une molécule dont la taille varie entre 1 à 100 nanomètre ((1 nm = 0,000000001 m)

Les nanoparticules ont donc le pouvoir de traverser les parois stomacales – où elles devraient normalement s’arrêter -, pour disséminer des corps étrangers pouvant être potentiellement aussi dangereux que l’amiante.

De quoi soulever l’inquiétude quant au risque sérieux pour la santé si l’on considère qu’à ce niveau infinitésimal, la capacité d’infiltration est incommensurable et les conséquences à long terme sur l’organisme imprévisibles. Leur impact n’est pas encore bien connu, car l’usage des nanomatériaux ne date que des années 1990. 

Zoom environnemental

Je ne vais pas développer l’ensemble des produits contenant des nanoparticules mais plutôt vous mettre en alerte sur certains produits afin de susciter votre vigilance.

         Le dioxyde de titane ou E 171

Alors que sa suspension avait été demandée d’ici fin 2018 par le secrétaire d’État à la transition écologique, Le dioxyde de titane, dont la présence est indiquée sur les étiquettes par TiO2 ou E171, est une poudre blanche utilisée principalement comme colorant, pour blanchir ou intensifier la brillance des produits alimentaires. On peut le retrouver  dans les confiseries, desserts et crèmes glacés, de produits de boulangerie et pâtisserie, de biscuits, de gâteaux, de tablettes de chocolat, de desserts réfrigérés etc., mais aussi dans des produits cosmétiques et de médicaments.

Selon une étude menée par l’Inra, cet additif alimentaire, l’E171, entraîne des lésions précancéreuses chez le rat. Il pénètre la paroi de l’intestin et se retrouve dans l’organisme. Des troubles du système immunitaire liés à l’absorption de la fraction nano particulaire de l’additif sont alors observés. Les chercheurs montrent qu’une exposition orale chronique à l’E171 induit de façon spontanée des lésions marqueurs d’un possible développement cancéreux dans le côlon chez 40% des animaux exposés.

         Vigilance sur les dentifrices

L’association Agir pour l’environnement  a étudié 408 dentifrices dont 59 pour enfants vendus dans les grandes surfaces, pharmacies, parapharmacies et magasins bio.

Il en ressort que «deux tiers des dentifrices (271 dentifrices sur 408) contiennent du dioxyde de titane.

Un dentifrice pour enfants sur deux en contient (29 dentifrices sur 59). La pâte dentifrice est en contact avec une muqueuse et peut partiellement être ingérée par les enfants. Le dentifrice Signal kids goût fraise est l’un des best en la matière 🙁

Aucun des 271 dentifrices ne précise sur son emballage si le dioxyde de titane présent est à l’état nanoparticulaire, selon un communiqué de l’association.

         Les compléments alimentaires

S’il n’était venu à l’esprit de personne tant cela paraît contradictoire, que certains fabricants de produits de santé naturelle emploieraient les méthodes les plus incertaines de l’industrie chimique.

Des compléments nutritionnels issus de cette technologie et plus précisément certains sous l’appellation de HPMC (Hydroxypropyl Méthyl Cellulose) sont bel et bien nano particulaires, en plus d’être OGM dans 99% des cas.

Ce qui signifie, dans le cas des compléments nutritionnels issus de cette technologie, qu’au lieu de soutenir le bon fonctionnement des organes ciblés, ils éparpillent au hasard des particules microscopiques ayant le pouvoir de se faufiler dans foie, reins, poumons mais aussi dans votre cerveau. Mais elles ne s’arrêtent pas en si bon chemin puisqu’elles vont jusqu’à franchir vos barrières cellulaires !

         Les nanoparticules dans vos assiettes

Si vous souhaitez identifier les produits de vos assiettes, une liste a été dressée afin d’identifier les produits répertoriés https://infonano.agirpourlenvironnement.org/

Hors alimentation, aucune loi ne contraint pour le moment les fabricants à déclarer les produits contenant des nanoparticules, l’information dans ce domaine irait jusqu’à être « rare et partielle » selon un investigateur du journal Le Monde.  Aussi je vous conseille de vous adresser auprès de professionnels avant de vous lancer dans vos achats !

Pas de commentaire

Poster un commentaire