Bien choisir ses huiles essentielles - Béatrice Svitone Naturopathe Vincennes
Choisir une huile essentielle de qualité thérapeutique réclame d’être attentif. une huile essentielle c’est comme un bon vin, votre palais et votre corps n’apprécieront pas de la même façon un grand cru et un petit vin !
huiles essentielles, naturelles, bio, chémotype
2214
post-template-default,single,single-post,postid-2214,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,fs-menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Bien choisir ses huiles essentielles

Choisir son huile essentielle c’est comme un bon vin, votre palais et votre corps n’apprécieront pas de la même façon un grand cru et un petit vin 😉 Je m’explique, pour bien comprendre la différence entre une huile bas de gamme et une huile haut de gamme commençons par le début de son histoire.

La qualité de l’huile va commencer avant la cueillette, les plantes et la terre sont des entités vivantes qu’il faut comprendre et respecter. Les plantes ont été utilisées depuis toujours pour prévenir, soigner et guérir, souvent insignifiantes à nos yeux, elles se révèlent être de précieux auxiliaires pour qui en connaît les pouvoirs et sait les reconnaître.

La cueillette s’adapte aux rythmes des saisons et des jours, il va de soi que la teneur en pesticide pour des huiles destinées au soin est inacceptable, les produits chimiques et de synthèses sont donc à bannir et durant la distillation rien n’empêche les molécules de pesticides d’être entraînés par la vapeur et de se concentrer avec les molécules aromatiques qui constitueront l’huile essentielle.

Les plantes cueillies ou récoltées à la main au moment opportun, préservent tous leurs principes actifs et leur vitalité qui va la rendre d’autant plus efficace lors de son utilisation. A cela s’ajoutent les conditions spécifiques de la pousse de chaque plante, notamment selon l’environnement dans lequel elle évolue. Par exemple une immortelle de basse altitude donnera plus d’huile essentielle qu’une immortelle de montagne où le froid concentre les molécules. Par contre, une huile essentielle issue de cette plante de montagne aura des vertus thérapeutiques plus grandes car la plante aura développé de grandes capacités pour affronter le froid, son essence sera plus riche pour mieux se protéger. Ce même principe s’applique aux plantes issues d’un champ cultivé ou d’un environnement sauvage.  Ainsi, l’huile essentielle sera plus puissante si la plante a été récoltée à l’état sauvage car elle aura lutté par elle-même pour survivre, ce qui n’est pas le cas pour une plante cultivée.

Mais son gage de qualité ne s’arrête pas là, la transformation devra être soumise aux mêmes règles d’exigence et de rigueur. Vous l’aurez compris l’essence de la plante est une sécrétion naturelle qui lui permet de se protéger contre les agressions extérieures, c’est cette même essence qui sera utilisée dans l’utilisation thérapeutique. Avant la distillation les plantes doivent être préparée avec une attention particulière, elles doivent être fraîche et non détériorée à leur arrivée à la distillerie. Les molécules aromatiques et médicinales seront ensuite extraites par distillation à la vapeur d’eau ou par expression à froid et devra être lente (plusieurs heures) et douce afin d’extraire et préserver les molécules précieuses.

Comment reconnaître la qualité de votre huile ?

Choisir une huile de qualité thérapeutique réclame d’être attentif.

  • En regardant un flacon d’huile essentielle la première des choses sera son label bio, c’est l’assurance d’un produit fabriqué à partir de plantes issues principalement de l’agriculture biologique et ayant fait l’objet d’une certification spéciale. C’est une garantie de qualité et offre souvent une meilleure tenue dans le temps.
  • Sa dénomination, chaque plante possède une dénomination française et une dénomination latine. Les deux doivent paraître sur l’étiquette. La dénomination française ne suffit pas. En effet un certain nombre de plantes peuvent avoir plusieurs dénominations.
  • Le 100% pure, du fait de leur coût élevé certains producteurs vont coupées, mélangées avec une autre huile de moindre coût et olfactivement proche pour une question de rentabilité.
  • Le 100% naturelle et intégral, Certaines huiles possèdent une ou plusieurs molécules réactives, à l’origine de contre-indications. Certains producteurs préfèrent alors retirer cette molécule.
  • Le chémotype est la molécule dominante ou spécifique d’une huile essentielle, il est noté par l’abréviation CT suivi du nom de la molécule. Les labels HECT (Huile Essentielle ChémoTypée) ou HEBBD (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Déterminée) nous garantissent l’examen minutieux de l’huile et sa détermination et permet de retrouver la moindre trace de molécule de synthèse.

En conclusion, si vous investissez dans votre santé, mieux vaut utiliser une huile de qualité, un peu moins d’huiles essentielles, mais utiliser un produit en harmonie avec les vraies valeurs du retour au naturel, consommons mieux.  Et vous, qu’en pensez-vous ?

Prenez soin de vous et passez un bel été

 

 

Pas de commentaire

Poster un commentaire